EVENEMENT  

paul-graham-arlesnumero-magazine2018-gra

PAUL GRAHAM

COUP DE COEUR(S)

EVENEMENT 

Le photographe britannique Paul Graham entame en 1998 un travail sur l’Amérique. A travers 3 série différentes, Arles nous propose de découvrir ce travail de fond sur les conditions sociales des Etats Unis. Le photographe se place entre le documentaire et l’art et tente ainsi de proposer une nouvelle narration.

La Nuit Américaine (1998-2002)

 

A travers sa série « La Nuit Américaine », le photographe Paul Graham s’éloigne des reportages  dit « classiques » pour nous parler de la réalité de la fracture sociale avec une esthétique proche de l’onirisme. Les problèmes sociaux américains s’encrent alors dans notre inconscient : les blancs, les noirs, les pauvres, les riches, toile de fond des états unies, souvent délaissée, ou traitée de façon médiocre. 

Ici le photographe alterne les clichés du quotidien dans des teintes blanches, et parfois une photographie forte en couleur pour nous sortir de cette torpeur et nous ramener à la triste réalité du rêve américain. Des maisons bourgeoises, opposées aux sans abris des villes de Los Angeles, New York, Detroit ou encore Atlanta. 

Un scintillement de possibilités (2004-2006)

Dans ce second volet, le photographe entame un deuxième travail sur l’Amérique. Il se pose alors la question de la représentation des banlieues et de ses habitants, toujours sur fond de fracture sociale. Il photographie alors de manière très simple ces personnages dans leur quotidien, aux abords des supermarchés, dans la rue, dans les jardins. Une image peut alors raconter milles histoires, et c’est au spectateur de choisir la sienne. 

Le présent (2009-2011)

 

Focus sur New York. Graham s’y est installé depuis 2002 et parcours les rues fourmillantes de la ville. Mais sa manière de la photographier est bien particulière : le photographe prend deux clichés, à quelques secondes d’intervalle. La photographie devient Alors un questionnement, par la multiplication de l’instant, par l’étirement du temps. 

“Quelqu’un a dit un jour ‘d’une certaine manière une photo isolée est une déclaration, et deux photographies deviennent une question’, la deuxième proposition m’intéresse davantage”

Paul Graham

Exposition Paul Graham "La blancheur de la baleine"

Du 2 juillet au 26 aout 2018

Eglise des Frères Prêcheurs, Arles

POUR ÊTRE INFORMÉ DES RENCONTRES

DE PHOTOGRAPHIE À VENIR

HORSCHAMP - RENCONTRES DE PHOTOGRAPHIE