LGBT : LUMIÈRE SUR Les SEXUALITÉs INTERDITes

MADS NISSEN

Texte de Dmitry musolin 

propagande LGBT

"Ces lois ne spécifient pas ce que « propagande LGBT» signifie, et pour cela, toutes les activités des personnes et groupes LGBT peuvent être considérées comme illégales."

Quelle-est la situation actuelle pour la communauté homosexuelle en Russie ? 

Ce n’est pas facile de répondre à cette question. Si on compare avec la situation au temps de l’URSS, alors c’est beaucoup mieux. Premièrement, l’homosexualité n’est plus criminalisée comme ça a pu être le cas avant (pour être précis, seulement l’homosexualité masculine état criminalisée en URSS). Si l’on compare avec les années 2000, c’est différent. Je dirais qu’après la Perestroika, beaucoup de choses ont changé rapidement dans la société russe. Les attitudes envers les homosexuels et la diversité ont changé aussi. Les gens ont  commencé à lire et à apprendre sur les orientations sexuelles, sur les mouvements de Droits Humains. Les premiers club, journaux et sites internet ont ouverts à ce sujet. Bien sûr, ce n’était pas facile, il y avait des agressions homophobes car c’est encré depuis très longtemps en Russie mais la société changeait clairement.

La situation a commencé à évoluer vraiment quand certains parlements régionaux ont adopté des lois administratives contre la "propagande LGBT". Quelques temps après ça, une loi similaire a été adoptée au niveau fédéral. Ces lois ne spécifient pas ce que "propagande LGBT" signifie, et pour cela, toutes les activités des personnes et groupes LGBT peuvent être considérées comme illégales. Particulièrement si ces activités peuvent être perçues par des mineurs. Par exemple, les psychologues scolaires ne peuvent pas dire aux enfants qu’être homosexuel n’est pas un problème. Ils n’ont pas le droit de soutenir un élève homosexuel meme si celui-ci pose des questions sur la sexualité. Cette loi ne fonctionne pas vraiment, et les tribunaux considèrent rarement les cas (il y a eu moins de 100 cas, si je me souviens bien) mais c’est utilisé quotidiennement pour mettre en garde le public LGBT en cas de manifestation ou punir les médias. Ces dernières années, les membres LGBT n’ont pas pu mettre en place de réunions ou d’événements publics par exemple. Cette loi force ces personnes à rester silencieuses. Les médias peuvent également etre condamnés à des amendes pour avoir parlé de la communauté de manière positive. 

Que prévoit la loi à leur égard ? 

La loi dit simplement que les relations entre personnes LGBT ne sont pas égales aux relations hétérosexuelles. Tout ce qui considère l’homosexualité de manière positive est considéré comme de la propagande auprès des mineurs. 

Comment les personnes concernées vivent-elles avec ces lois ? 

Les gens ont des manières différentes de le vivre. Je ne pense pas qu’il y est de règles ou de schéma. Certaines personnes le vivent ouvertement, notamment dans les grandes villes comme Moscou et Saint-Petersbourg, si ils sont adultes, indépendants et protégés. D’autres ne peuvent pas se le permettre, car la discrimination existe toujours, et très souvent, ils doivent se protéger au travail ou au sein de leurs familles quand ils sont jeunes. Les agressions peuvent prendre la forme de harcèlement à l’école, ou dans l’espace public, ou d'une pression exercée par les collègues ou les employeurs. Les Professeurs LGBT sont les plus en danger car ils travaillent avec des enfants et quoi qu’ils fassent peut être considéré comme de la propagande. Les administrations des écoles ne veulent pas parler de ces sujets dans les médias et forcent souvent ces professeurs à quitter leur job. Les personnes sans ressources choisissent de quitter le pays, surtout quand ils ont des enfants. Ils ont peur que les enfants leurs soient enlevés. 

Y a t-il des groupes de personnes ou des associations qui aident la communauté LGBTI ? 

 

Nous avons quelques organisations et groupes de gens qui travaillent pour la communauté LGBTI. Mais leurs activités sont également très limitées par l’État. Tous sont considérés comme des agents étrangers et travaillent sous une pression considérable.

MadsNissen_Russia03.jpg

Russie, 19/05/2014

Jon 21 ans et Alex 25 ans

MadsNissen_Russia02.jpg

Russie, 18/12/ 2013

Dmitry Chizhevskiy, 27 ans. 

Son oeil droit a été blessé par des homophobes le 3 novembre 2013.

Trois hommes sont entrés dans une réunion privée de personnes homosexuelles à Saint-Ptersbourg. Ils les ont frappé avec des bâtes de baseball et Dmitry a été frappé dans l'oeil par une arme à air comprimé. 

MadsNissen_Russia04.jpg

Russie, 29/06/2013

Kirill Ferodov, 21 ans, le visage en sang, après avoir été encerclé et battu par des extrémistes conservateurs nationalistes pendant la Gay Pride de Saint Petersbourg. Le goupe d'amis tente de rester ensemble et de chercher une protection derrière la police, pendant que des pierres et des oeufs leurs sont jetés. Le cortège a été déclaré illégal est considéré comme de la propagande gay. Kirill et les autres activistes ont été arrêtés et présentés devant un tribunal. 

le 30 juin 2013, le président russe Vladimir Poutine a signé une loi ambiguë condamnant la "Propagande de relations sexuelles non traditionnelle aux mineurs". 

* Légende photo de couverture 

28/06/2013, Russie

Yaroslav Yevtushenko (gauche), embrasse son petit-ami Dmitry Chunosov à Saint-Petersbourg dans le bureau des enregistrements où les couples enregistrent officiellement leur mariage comme un acte de protestation. Comme le mariage gay n'est pas autorisé en Russie, leur demande a été rejetée très rapidement. 

Mads Nissen

- Entretien par Mathilde Azoze -

- Traduit de l'anglais - 

POUR ÊTRE INFORMÉ DES RENCONTRES

DE PHOTOGRAPHIE À VENIR

HORSCHAMP - RENCONTRES DE PHOTOGRAPHIE

© Mads Nissen, Russie, 2013