EdVanDerElsken_02.jpg
EdVanDerElsken_15.jpg

Ce rendez vous nous propose également de suivre les aventures du photographe à travers une de ses principales sources d’inspiration : les femmes qui partagent sa vie.

Par exemple, la danseuse australienne Valli Meyers, qui sera la figure centrale et muse de sa photographie pendant ses séjours à Paris, rencontre qui donnera naissance à l’ouvrage "Une histoire d’amour à Saint Germain des Prés", 1956 (Roman photo fiction inspiré d’images documentaires). 

Puis Ata Kando, photographe elle aussi, avec qui il partagera sa vie, et aura trois enfants, dont il ne cessera de documenter le quotidien.

Nous suivons ce personnage profondément anticapitaliste dans ses évasions et nous retrouvons dans  les clichés présentés tous ses sujets de prédilection : la rue, la jeunesse fantasque et inadaptée des années 50 et 60, puis plus tard, les photographies prises lors de son tour du monde. Période qui confirmera définitivement la vision humaniste du photographe. 

 

Ed Van Der Elksen disait se réjouir de tout, « l’amour, le courage, la beauté », et son oeuvre entière reflète cet état d’esprit : le photographe établi clairement le contact avec son sujet, il rencontre les gens pour de bon, et cherche à traduire la bonté humaine dans ses photographies. 

Exposition Ed Van Der Elksen, « La vie Folle » 

du 13 juin au 24 septembre 2017

Le Jeu de Paume

POUR ÊTRE INFORMÉ DES RENCONTRES

DE PHOTOGRAPHIE À VENIR

HORSCHAMP - RENCONTRES DE PHOTOGRAPHIE